Bilan de notre premier pays, l’Espagne.

Durée : 12 jours (du 17/09 au 28/09)
Arrêts : 7 villes : Irun (pour le diesel), Saint Sébastien, Zarautz, Durango, Bilbao, Torrelavega (halte mécanique) et Aguilar de campoo (halte mécanique et plein d’eau).
Parcours : 781 km (chaotique !)

Notre tour du monde a-t-il vraiment commencé en Espagne ? La réponse est… Non !! Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il y avait du stress, du stress, et encore du stress. Je pense que à cause de cela, nous n’avons pas profité à fond, et étions tous les deux sur les nerfs (à tout de rôle, c’est plutôt amusant ^^).
Mais alors pourquoi tant de stress ? A cause du KarasBus ! Il a eu quelques soucis plutôt énervants. (L’article sur notre route tumultueuse est en rédaction !). Beaucoup de galères sur la route, mais ne paniquez pas, tout s’est arrangé !

Donc, nous voilà arrivés en Espagne. Pas de grand changement ! Ah si en fait, une connexion à internet plus limitée 😀 Fini le téléphone mode « on », on coupe les données, car 4Go pour moi et 10Go pour Olivier, ça part assez vite quand on télécharge des itinéraires, regarde les lieux à visiter etc… Moi qui était plutôt « on verra sur place on avisera le moment venu, je n’aime pas planifier », je suis passée à « Non non, avant de prendre la route je veux être sûre qu’on sache où on va et comment ! ». Cela évite les galères de stationnement, de routes sinueuses, pentues…

Un autre changement… Les panneaux ! Ce ne sont pas exactement les mêmes qu’en France, surtout pour les Poids Lourds. Ainsi nous ne savions pas si nous étions concernés par certaines interdictions… Mais j’ai vite remédié à cela en regardant sur internet 🙂
Côté route, les Espagnols sont plutôt joueurs, en ne mettant les panneaux de hauteur limite  pour les tunnels / ponts que une fois arrivé dessus… Bon ça va, on s’en est plutôt bien tiré, on a dû reculer seulement une fois !

Niveau culinaire, et bien c’est vrai, les tapas, c’est vraiment bon 😀 Le prix varie selon les villes, de 1€50 à 4€ le tapas environ dans les villes que nous avons visitées. Mais attention, ce n’est pas du petit tapas, c’est vraiment consistant.
Je suis tombé amoureuse d’un pot de mayonnaise espagnol (vraiment, tellement bonne…). Mais ?! Comment ça je ne fais pas ma mayo ?? Et le côté zéro déchet alors ?? Et bien je suis excusée, je ne peux pas manger d’œuf cru…
J’ai fait découvrir à Marley les Jello (les petites gelées toutes flasques aux différents goûts). Moi j’adore, Olivier n’aime pas, et Marley.. adore ! Il aime aussi les différentes spécialités 🙂

Bon par contre, les moustiques eux sont tombés amoureux de Marley. Le pauvre. A Saint Sébastien, ils se sont régalés… Il en avait sur tout le corps. Nous avons donc été cherchés à la pharmacie un baume anti démangeaison et un baume à la citronnelle pour les repousser. Il a plutôt bien fonctionné, car son père en a mis aussi, et c’est moi qui me suis fait piquer ! Alors que d’habitude, c’est lui mon anti-moustique naturel !

Nous n’avons pas communiqué plus que ça avec des Espagnols, à part dans les magasins. Tous étaient très serviables. Ils font attention au tri sélectif (il y a beaucoup de petites poubelles de tri en ville), et à leurs anciens ! Nous avons vu beaucoup de personnes balader leurs anciens en mobilité réduite.

Pour les trajets, nous partons soit après manger et Marley fait sa sieste, soit en matinée. Nous avons changé de place son siège auto, maintenant il voit la route. Surement plus agréable pour lui. Il est plutôt calme, et s’il s’agite, un petit paquet de Smarties ou de chips, et ça l’occupe. Havannah aussi, elle a bien compris qu’en se mettant à ses pieds, elle récupèrerait de la nourriture facilement 🙂 Des fois, il a le droit à une glace. Mais là, malgré les 2 bavoirs qu’on lui met, c’est la catastrophe… Et pour le siège auto aussi ! Enfin, le chocolat, les bonbons, les chips, c’est pas le top. On passe maintenant aux olives, cornichons, fromage, fruits. Mieux non ?
Mais il n’est pas toujours si calme… Les 15 dernières minutes,  c’est toujours comme ça, juste avant d’arriver, il est intenable et pleure ! Et les chiens aussi sont fous-fous, comme si ils le sentaient.

Pour la vie dans le bus, que cela soit en Espagne ou en France, c’est pareil. Toujours agréable à vivre (même si le salon est divisé en deux à cause de 9 panneaux solaires en attente d’être montés !). Comme quoi, on pouvait prendre plus petit :D. Marley va très bien, est content lorsque l’on sort, mais sait aussi rester tranquillement à la maison pour jouer. Ou pour faire de petites bêtises, comme faire tomber des tournevis dans l’emplacement vide du micro. Ben oui, un trou c’est marrant, faut le remplir !

Bref, nous avons vu de très beaux lieux, que nous avons appréciés, mais la vie / la route en dehors des visites n’était pas au top, beaucoup sur les nerfs. A tel point que nous râlions souvent l’un sur l’autre, à rejeter la faute sur l’autre. Mais nous n’avons quand même pas été jusqu’à abandonner le voyage malgré ces galères journalières (même si Olivier l’a dit une fois de colère, je sais qu’il ne le pensait pas !).

Alors, galère ou pas galère ?

Le stationnement : pas galère. Pour le moment, nous avons réussi assez facilement à nous stationner malgré la taille du bus. Mais, cela peut être vite galère dans les grandes villes, quand on ne sait pas où on va ou qu’on cherche un stationnement au dernier moment.
L’eau : pas galère. Il y a beaucoup de fontaines en Espagne, partout, donc aucun soucis pour faire le plein de nos bouteilles. Et pour l’instant, pas de galère non plus pour faire le plein d’eau du bus.
Un enfant en voyage : pas galère du tout. Enfin, peut-être parce que c’est Marley. Il est sage, aime voir le paysage, se balader. Alors oui il y a peut-être certaines choses qu’on ne peut pas faire « à cause » de lui (activités nautiques par exemple), mais ce n’est pas grave, on fera tout ça avec lui quand il sera plus grand !
La taille du bus : pas galère. On arrive à passer à des endroits plutôt improbables… Mais c’est vrai que plus petit nous permettrais peut être de voir plus de choses, d’être plus prêt etc.
Les pannes : GALÈRE ! Oui, c’est très énervant. Et encore, heureusement qu’Olivier est débrouillard… Ça ne serait que moi, je serais au garage tous les 4 matins à payer, payer, repayer… Pour des trucs très bêtes en plus !!
Les chiens : Galère … Enfin eux, car s’ils étaient cool, ça se passerait super bien ! Mais dès qu’on veut les promener, ils tirent comme des fous, ils aboient (et feraient surement plus) sur les autres chiens… Ce n’est pas un plaisir de les sortir. Alors qu’on pourrait faire de belles balades avec eux, et bien nous pour le coup, ils restent au bus, malheureusement. Mais bon, on les aime quand même <3

6 commentaires sur « Bilan de notre premier pays, l’Espagne. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *